17 décembre 2004

Maman et Papa ne s'aiment plus

ils me l'ont dit il y a quelques jours peu avant noel plus de sapin plus de crèche et plus d'amour juste des gens qui s'enguirlandent et moi qui aie les boules on va manger des huitres du caviar du saumon de la dinde aux marrons en essayant de ne pas vomir le clairette de die on va ouvrir des cadeaux et merde! je voulais leur offrir un dîner en amoureux Papa et Maman ne s'aiment plus ils vont se partager le dindon de la farce et son croupion couper la poire belle hélène en deux c'était bien la peine de s'être entendus... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 16:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 décembre 2004

Je suis sur le porche

Il commençait à flamber comme une torche Il y avait deux fenêtres sous le rideau de ses cheveux  "issue de secours", "dépêche toi, par ici!" et la poignée de la haine ou de la tentation au creux de son corps caverneux Le laissant s'envoler en fumée je suis sortie de sa vie par une petite porte dérobée Je ne voulais pas assister à sa crémation
Posté par laurinette à 07:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 décembre 2004

"le crédit lyonnais s'occupera de nous"

Campagne des associations familiales contre cette pub qui mise sur la séparation, comme sur une fatalité juteuse. Au fait, c'était pas la banque qui a fait faillite déjà? ah, je comprends mieux , en matière d'échec elle en connait un rayon... ;-) Pourtant ce produit financier se vend bien apparemment: Ca me dégoute. Ils sont où le romantisme, la confiance, l'amour? L'argent efface tout. Les contrats de mariage, non obligatoires, se mutiplient, sur le modèle américain si détestable. Votre époux est au... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2004

(dieu-) homme

J'aurais voulu exister en même temps que lui Juste pour lui dire je te suis Même si à moi tu ne me dis pas viens Même si tu n'es pas capable d'ouvrir les océans Ni même de marcher sur l'eau finalement Juste parce que tu es un homme bien
Posté par laurinette à 08:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 décembre 2004

il est sept heures, paris se vit

Je ne sais pas pourquoi j'aime tant les petits matins. Peut-être parce qu'il fait bien frais, que les gens sont endormis et silencieux, que seules les boulangeries sont éclairées, que tout est possible. A Paris il y a des camionettes garées sur les trottoirs, qui livrent les supermarchés et les bars. Il y a le métro, un peu moins bondé -on peut même s'asseoir. On ne se sent pas seul. J'ai été parisienne, moi qui n'imaginait pas quitter ma banlieue enchantée, sa forêt au pied de la ligne de chemin de fer qui conduit à la... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2004

mais pourquoi?

est-ce que je mange encore des spaghettis est-ce que je fais la vaisselle à la main est-ce que je regarde le journal de treize heures qui dit tout pareil que celui de vingt est-ce que j'évite le facteur est-ce que je ne bois pas un grand verre de vin alors que je ne prends pas le volant est-ce que je vais acheter du pain  est-ce que je n'ai pas assez d'argent pour le choisir aux raisins est-ce je fixe mon téléphone portable à la poignée de la porte de la salle de bains est-ce que je dois travailler sur une... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2004

APRES l'effort, le réconfort

Je suis étonnée de constater, dans le sillage des coaches, à quel point fleurissent actuellement les guides et maîtres à penser en tout genre, sous prétexte de "relativité des valeurs". Relativité des opinions à leur sujet, faudrait-il dire, et relativité alors au combien souhaitable puisqu'elle permet de changer d'opinion en fonction des faits eux-mêmes (selon l'adage bien connu: "il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis"). Car si l'univers physique lui-même est empreint de relativité aux yeux de tous depuis Einstein,... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2004

le monde est petit

j'ai été colibri fragile et sans souci je nichais dans les fleurs je chantais leur parfum   j'ai été migrateur poursuivant la lumière je survolais l'air marin pour rejoindre la terre   j'ai été perroquet multicolore et bavard   je répétais des mots beaux gros ou rares ça faisait rire, et moi ah ah   j'ai été mis derrière des barreaux quand cela n'a plus été le cas j'avais des pensées noires de geais je me prenais pour un pivert ou une autruche, enfin jusqu'à ce... [Lire la suite]
Posté par laurinette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2004

reviens

je ne vois plus ton rire je n'entends plus ton visage j'ai envie de j'ai besoin de toi mais si tu dois partir et n'es que de passage comme au coin de mes lèvres la petite ride... je ne t'en veux pas
Posté par laurinette à 07:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 décembre 2004

il m'avait promis un e-mail

alors j'attends derrière l'écran de l'ordinateur j'attends derrière mes lunettes j'attends derrière mes paupières j'attends qu'il me réveille
Posté par laurinette à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]